CONFIGURATEUR

Avant d’acheter

9 points à prendre en compte avant d’acheter le CAT de vos rêves

Même si cela paraît évident, l’achat d’un nouveau bateau est un moment particulièrement important dans la vie d’un marin. Afin d’être sûr de faire le bon choix, il serait judicieux de se poser les bonnes questions, de revenir à quelques-unes des raisons fondamentales qui vous poussent à naviguer en premier lieu...

1. Quel est votre Projet ?

La principale question à se poser, en toute sincérité, est celle de l’usage que vous allez faire de votre splendide multicoque? Grâce à l’IC36 et à toute l’indépendance et autonomie qu’il offre, le monde vous appartient vraiment. Vous pouvez partir à l’autre bout du monde et découvrir des îles exotiques reculées. Ou vous pouvez faire la course tous les samedis dans votre club local avec l’IC36 RAW, ou vous aventurer encore plus loin à bord du IC36 Pacer. Quel que soit l’usage premier que vous choisissez pour votre bateau, vous voudrez vous assurer qu’il ait été conçu et personnalisé pour correspondre le mieux possible à cet usage. Les petites modifications peuvent faire de grandes différences à votre appréciation de la vie sur l’eau.

Un grand bateau de croisière bleu ne supporte pas les lourdes charges, un bateau de course doté de nombreuses lignes de contrôle fait pour les courses du week-end peut virer au cauchemar avec une famille à bord, un bateau lourd doté uniquement d’un équipement sommaire pour faire les courses du Fastnet n’est pas le bon choix pour naviguer en haute mer. Il existe beaucoup d’exemples de multicoques qui excellent dans leur domaine, mais ont été une source intarissable de problèmes pour les propriétaires les employant à d’autres fins que celles prévues dans leur cahier des charges original.

Alors avant de choisir l’un de nos modèles ou de vous aventurer ailleurs, demandez-vous quel sera votre projet pour ce bateau.

2. Quel équipage ?

En fonction du programme du bateau, l’équipage avec qui vous serez plus à même de naviguer est une préoccupation également importante dans le choix de votre futur bateau. Un couple avec de jeunes enfants ne naviguera pas de la même manière que ce même couple, quelques années plus tard, avec deux adolescents qui adorent naviguer. D’un côté, un bateau confortable avec des jeux pour occuper les tout petits pendant les traversées ; de l’autre, un bateau plus sportif équipé d’une garde-robe de voiles intégrale – gennaker, spinnaker asymétrique, code 0 – pour vous permettre de naviguer rapidement et d’arriver en premier à l’ancrage.

En résumé, le programme et les compétences et ambitions de votre équipage définiront déjà le type de bateau qui vous correspond le mieux.

3. Quel niveau de confort est considéré comme suffisant ?

Le confort à bord est essentiel pour naviguer dans les océans. Il reste à savoir les limites que vous vous posez ? L’autonomie en énergie (comme pour le IC36 Independence) et en eau ont un coût à la fois financier et technique, surtout s’il s’agit d’un bateau bien équipé, et nous dirons même plus, suréquipé. Les congélateurs, ainsi que les pilotes automatiques, engloutissent de l’énergie que vous devrez produire par la suite. Les moteurs diesel, générateurs, dessalinisateurs et autres matériels électriques sont des éléments qui doivent être entretenus et réparés. La propulsion électrique avec hydrogénérateur Oceanvolt vous permet de récupérer de l’énergie tout en limitant les frais d’entretien. Évaluez la valeur de chaque élément à bord. Par exemple, si le rouf augmente légèrement le fardage, il reste néanmoins essentiel au confort et à la sécurité. Une fois de plus, la meilleure idée n’est pas de suivre la mode du marché ni les tendances de l’industrie, mais de bien réfléchir à la manière comment VOUS souhaiteriez naviguer. Dans la marina, vous aurez l’impression d’avoir besoin de nombreux articles de confort qui, une fois en mer, seront en vérité superflus et inutiles.

4. Ou la performance avant tout ?

La légende du catamaran « caravane flottante », incapable d’affronter le large ou conserver une vitesse moyenne respectable, est depuis longtemps l’avis inculte de personnes n’ayant probablement jamais vécu le frisson de la navigation à bord d’un multicoque moderne et léger. Prenez pour preuve les rallyes transatlantiques des dix dernières années, par exemple, et les performances nettement supérieures des multicoques par rapport aux monocoques de même catégorie.

Cependant, les multicoques ne naissent pas tous égaux ! Certains catamarans sont plus rapides que d’autres appartenant la même gamme. N’oubliez jamais que si vous voulez naviguer rapidement, le poids excédentaire est votre ennemi, ainsi que le fardage élevé et le matériel moins sophistiqué tel qu'un mât non tournant en aluminium. Si vous êtes vraiment intéressé par vos performances, vous voudrez examiner attentivement les spécifications relatives au poids, et devrez veiller à la sélection des coques et du matériel pour votre engin de vitesse. Une garde-robe moderne de voiles de dernière génération, installées sur un mât rotatif en fibre de carbone, est essentielle à quiconque souhaite atteindre une puissance maximale à partir du gréement. Le poids plus léger du gréement en fibre de carbone maintient le tangage d'avant en arrière au minimum, contribuant à la stabilité latérale et à une croisière plus confortable de manière générale. Le mât adapté, les dérives bien profilées, et l’absence de rouf permettront d’augmenter votre potentiel de jusqu’à 20 %.

5. Et la sécurité passive ?

La sécurité passive d’un bateau est sa capacité inhérente à supporter les pires conditions météorologiques que vous rencontrerez. En bref, un catamaran de sport qui a plutôt tendance à chavirer à la moindre rafale n’est pas l’engin rêvé pour traverser un océan. Les modèles IC36 ont été conçus pour être insubmersible et grâce à leur répartition de poids minutieuse, ils ont été construits pour endurer les tensions et contraintes extrêmes de la navigation en mers agitées.

Selon votre programme, un bateau sera plus ou moins approprié. Du choix du matériau de construction (plus ou moins facile à réparer, plus ou moins résistant aux impacts...) à celui de la coque conçue pour des conditions marines spécifiques, toutes ces considérations doivent vous orienter vers votre meilleur choix de bateau.

Bon nombre de personnes ont navigué autour du monde dans des bateaux loufoques qui n’ont jamais correspondu à leur fin, et elles sont toujours là pour nous le raconter. Néanmoins, nous vous conseillons très fortement d’éviter de vous mettre en péril en suivant leur exemple imprudent. Si votre cerveau est aussi fort que votre passion de marin, vous équiperez votre bateau du meilleur matériel de sûreté et survie disponible et profiterez de votre traversée de l’Atlantique à des vitesses dépassant occasionnellement les 20 nœuds. Il existe une vaste gamme de performance à tous les niveaux de prix sur le marché du bateau. Il faut seulement se rappeler que la sécurité n’a pas de prix, et qu’on ne peut faire d’économies dans ce domaine. L’IC36 a été prévu avec le matériel qui garantira à votre famille et vous la sécurité dont vous aurez besoin si jamais vous vous retrouverez pris dans une tempête en pleine mer.

6. Le matériel. Comment éviter les erreurs ?

Commencez-vous à vous faire une idée claire du modèle dont vous avez besoin ? Il vous faut alors lui faire correspondre le matériel approprié. Pour un nouveau bateau, vous aurez besoin de tout concevoir à partir des principes fondamentaux. Vous devrez notamment garder en tête les spécifications de poids du fabricant, la production d’énergie et votre consommation, et bien entendu votre budget. Une fois de plus, vous devrez vous connaître, vous et votre façon de naviguer, et regarder la vérité en face. Si vous n’êtes pas sûr de ce dont vous avez besoin, n’hésitez pas à nous demander de l’aide pour équiper votre bateau de la manière la plus adaptée et cohérente à vos besoins et à votre niveau de compétence. Le niveau de vie à bord, et donc le succès de votre croisière dépend souvent de l’attention que vous consacrez à cette phase du processus.

7. La puissance - indispensable ou pas ?

Un bateau à voile est fait pour naviguer. En matière de performances, le bateau doit être suffisamment bien conçu. Qu’en est-il du moteur ? Un moteur puissant est toujours bon à avoir lors d’une croisière en océan. Il vous donne une autre solution si un problème se présente, pour vous assister lors d’une traversée en mer agitée, ou en l’absence de vent, ou afin de vous mettre à l’abri en cas de problème de gréement. Un moteur puissant tourne plus doucement à une certaine vitesse et ne s’use pas aussi vite. Attention, car comme toujours avec les bateaux, tout est question d’équilibre et de compromis. Un moteur électrique est plus léger, plus facile à entretenir et très efficace en matière de gestion du poids et d’hydro-regénération. Son empreinte carbone presque nulle et sa technologie de pointe rendent l’option électrique très attrayante. Un moteur diesel et les réservoirs diesel pleins sont plus lourds, pouvant ainsi déséquilibrer l’assiette du bateau, consommer plus de carburant, et également requérir plus d’entretien. Un moteur externe est une solution très légère et économique, mais s’avère très peu élégant. Il requiert plus de manipulation et bien moins efficace en mer agitée. Il vous faut donc réfléchir soigneusement à la puissance de moteur dont vous aurez le plus probablement besoin. Un bon test serait de traverser une mer agitée uniquement par la puissance de votre moteur, avec un grand vent contraire. Cela vous donnera rapidement une bonne idée de la puissance dont vous aurez besoin.

8. Le Plan de pont... n’en faites pas une pensée après-coup

C'est souvent le parent pauvre lors de l'achat d'un bateau, pourtant... le plan de pont d'un bateau est tellement, tellement important. Les lignes de contrôle qui mènent au cockpit, la prise de ris facile et rapide, la localisation, la puissance et le nombre de treuils et tasseaux constituent tous des facteurs importants de sécurité et d’appréciation lorsque vous mettez les voiles. Une fois de plus, n’hésitez pas de nous demander de l’aide ; nous vous expliquerons les avantages et inconvénients des différentes options et comment elles pourraient vous aider à définir vos besoins. Vous avez besoin d’un plan de pont vous permettant de contrôler de manière simple et directe le plan de voile, idéalement autant que possible dirigé vers le cockpit afin de faciliter le contrôle du bateau et du gréement à partir d’un endroit sûr et protégé. Pour les mêmes raisons, il est important de ne pas se tromper de poste de barre, surtout pour de longues traversées.

9. La règle des 80/20, votre règle de base pour faire la circumnavigation....

Un tour du monde type révèle ces statistiques assez surprenantes : 80 % du temps est passé l’ancre à la mer, et 20 % les voiles levées. Vous voguerez un peu plus au cours d’un tour du monde de trois ans (près de 25 % du temps) et un peu moins si vous mettez 7 ans à compléter le voyage. Peu importe votre calendrier, n’oubliez jamais, alors que votre splendide catamaran doit être capable de vous amener à destination en toute sécurité, que vous allez passer la plupart de votre temps l’ancre à la mer, d’où l’importance de l'aménagement du bateau de votre choix. Un salon pratique et un cockpit bien protégé avec rouf, tableau de type scoop, avec un accès plus ou moins facile aux nageurs, par exemple. Et peut-être auriez-vous besoin de penser au lancement ergonomique de votre canot (et de comment le repêcher). Cela ne sonne pas très sexy, mais peut-être que le matériel de levage supplémentaire est un coût financier qui en vaut la peine.

 

Nous espérons que ces 9 points vous ont été utiles et ont éveillé votre attention. Comprenez vous-même ainsi que les désirs de ceux qui navigueront avec vous. Soyez sincère, et une fois tous les facteurs susmentionnés pris en compte, vous serez en bien meilleure position afin de prendre le bon choix pour concevoir le bateau de vos rêves...

 

Construisez le vôtre IC36